Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pierrot Dupuy - Jean Castex : "Je vais passer un coup de fil à mon amie Huguette dès la semaine prochaine"

C’est un Jean Castex à la fois dubitatif et lucide qui est apparu ce matin lors de son unique conférence de presse sur le territoire de La Réunion. Dans une quinzaine de jours, il quittera Matignon et c’est peut-être la raison pour laquelle son discours est apparu plus relâché, plus direct. Plus franc en un mot.
 
Dubitatif d’abord. Il s’est interrogé à voix haute : comment La Réunion a-t-elle pu accorder autant de suffrages à Jean-Luc Mélenchon et à Marine Le Pen ? Ce n’est pas une question de désintérêt du gouvernement pour l’île. Jamais, selon lui, la France n’a autant investi ici que sous le quinquennat Macron. Et de citer la longue liste des dossiers pour lesquels des milliards ont été dépensés : la NRL bien sûr, mais aussi le CHU, le plan de relance, etc…
 
Ça ne peut pas donc être ça. Quoi alors ? Pour Jean Castex, l’explication est très certainement à chercher dans un déficit de communication. "On ne sait pas faire passer l’information", concède-t-il, n’hésitant pas à faire son mea culpa. Le Service d’Information du Gouvernement (SIG), qui dépend de Matignon, « est très fort pour faire une campagne pour promouvoir la vaccination. Mais en matière de communication, l’Etat en est encore aux années 70. Il faudrait une grande filière au sein de l’Etat pour s’occuper de tout ça".
 
"C’est un problème quand le politique ne réussit pas à valoriser ce qu’il fait", a-t-il estimé.
 
Certains journalistes lui ont fait remarquer que de nombreux Réunionnais - et Français - ont une image d'un Emmanuel Macron hautain, distant et que c’est peut-être aussi de ce côté-là qu’il faut chercher. "Je suis au contact du président de la République depuis juillet 2020. L’homme que je fréquente quotidiennement, je ne le trouve pas du tout hautain, méprisant et distant". Encore un problème de communication, sans doute…
 
Quelles qu’en soient les raisons, le constat est là, implacable : Emmanuel Macron a été distancé à La Réunion, et d’une façon plus générale dans les DOM, par les candidats de La France insoumise et du Rassemblement national.
 
"Quelque chose n’a pas marché", concède Jean Castex. "Nous n’avons pas assez donné de sens à notre politique. Elle n’a pas été comprise".
 
On doit s’attaquer au problème du logement à La Réunion. "Il y a un manque criant de logements. Et l’état du bâti existant est en moyenne plus dégradé à La Réunion que sur le reste du territoire". D’où son idée d’amplifier le Plan de Logement Outre-Mer (PLOM).
 
"Il faut faire évoluer notre logiciel", travailler davantage avec les élus locaux, leur donner plus de liberté de manœuvre, plus de responsabilités. "Faut juste ne pas sortir des grands axes de l’Etat", explique-t-il.
 
C’est à cet instant qu’il a abordé ses relations avec la présidente de Région. "Je m’entends vraiment bien avec Mme Bello. Quand il faudra faire ce plan pour La Réunion, l’Etat aura une interlocutrice crédible. Il n’y a aucun désaccord profond entre nous".
 
D’où son regret de ne pas voir la présidente de Région s’engager davantage dans la campagne de la présidentielle. "Nous sommes capables de bien travailler ensemble pour une route mais pas pour empêcher un grave danger pour la démocratie. J’aurais aimé qu’elle déambule avec moi dans les rues de Saint-Denis", qu’elle appelle clairement à voter Macron au 2ème tour de la présidentielle pour faire barrage à Marine Le Pen, regrette-t-il.
 
Ça n’a pas été possible mais il ne désespère pas. "Dès la semaine prochaine, je vais passer un coup de fil à mon amie Huguette", a-t-il conclu.
 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article