Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Législatives : Eric Leung et Yolande Calichiama ne veulent pas être dans "l'incantatoire" mais "dans le concret"

Novice en politique, le tandem Leung/Calichiama compte bien revendiquer durant cette campagne son étiquette de personnes issues de la société civile sans toutefois nier le soutien -et non l'investiture- du président de la République. "Je suis dans le prolongement et dans la dynamique de ce que je suis avec Yolande : nous sommes des acteurs de la société civile. Nous l’avons été et nous le sommes encore depuis plus de 25 ans", indique l'ancien président de la CPME (jusqu'en décembre 2021).

Figure du monde économique local, Éric Leung est "chef d'entreprise dans le cœur et dans l'âme depuis plus de 33 ans", et possède encore ses entreprises au Chaudron. S'il se lance pour la première fois en son nom dans le grand bain de la politique, Éric Leung a aussi une bonne connaissance du milieu politique local, ayant été par le passé directeur de SEM locales dans plusieurs domaines comme celui du traitement des déchets (SEMRRE) ou encore dans le traitement de l'eau (La Créole). Après avoir rapidement fait le tour de ces structures, il a repris le chemin syndical via la vice-présidence de la CPME avant d'en devenir le président.

En 2021, il est nommé par le gouvernement au CESE (Conseil économique social et environnemental), souvent présenté comme la troisième assemblée de la République, où il décrochera la présidence de la délégation Outre-mer. Au CESE, Éric Leung a créé un groupe informel "pour que les trois assemblées (Sénat, Assemblée national et CESE) puissent se concerter afin qu'il y ait une meilleure prise de connaissance des dossiers ultramarins", explique-t-il.

Il démissionne en décembre 2021 de la CPME pour, dit-il, "être encore plus acteur pour notre territoire". Quelques semaines plus tard, il sera nommé coordonateur de la campagne d'Emmanuel Macron dans l'île. "Il ne s'agissait pas d'organiser la campagne mais en tant que personne issue de la société civile, de mettre en relation des personnes qui ne se parlaient pas", tient-il à préciser.
 
 
Refaire du député un élu de proximité
 


"Nous sommes deux candidats issus de la société civile, novices en politique mais pas en affaires publiques. Eric a été président de syndicat et je fus de mon côté journaliste : nous avons tous les deux une connaissance des problématiques de La Réunion ainsi que de ses élus", reprend pour sa part sa suppléante, qui souhaite "porter cet engagement citoyen encore plus loin".

Ce qui n'empêchera pas le binôme, en cas d'élection au Palais-Bourbon, de siéger au sein de la majorité présidentielle. Un choix assumé, explique Eric Leung. "Il nous semble que c’est dans une majorité présidentielle que nous pouvons mieux faire passer nos messages, mieux nous battre pour nos idées, d'être en mesure de nous faire entendre et d'être en concordance avec notre slogan "Pour Nout Péi"", argue Éric Leung.

Même si cela ne va pas s'avérer facile en raison de la forte défiance des électeurs envers les responsables politiques, Éric Leung et Yolande Calichiama comptent bien recréer ce lien de confiance entre ces derniers. "La défiance est toujours plus importante et c’est un regret que nous pouvons faire mais qui peut nous amener aussi à vouloir pousser notre engagement citoyen un peu plus loin et un peu plus fort. Quand nous disons que nous voulons incarner et porter la voix des Réunionnais plus loin et plus fort, ce n’est pas un projet ambitieux mais quelque chose que nous souhaitons vraiment mener", explique l'ancienne journaliste.

Cela passera pour Yolande Calichiama par de la présence auprès des familles "qui nous accueillent toujours très bien". "Il faut aussi écouter et au-delà de ça, être en mesure de rassurer sur le fait que ce qui est dit sera porté. C’est le travail sur lequel on s’engage", insiste-t-elle.

S’il est appelé à siéger au Palais-Bourbon, le binôme compte également être présent dans la durée passé cette campagne des législatives à travers la mise en place d’un "conseil de circonscription". Ce dernier permettra des échanges en présentiel entre le député et/ou sa suppléante avec les collectivités de la 6e circonscription et notamment les mairies, à l’occasion par exemple du vote des orientations budgétaires. "C’est très important pour une commune de pouvoir porter des projets ambitieux et d’avoir le soutien du député. C’est à ça que sert aussi un député, à faire le lien et être un soutien au service des populations et pas l’inverse", poursuit-elle.
 
 

 

 

 

Le "catalogue La Redoute" attendra

Concernant leur programme, Éric Leung et Yolande Calichiama le souhaitent "le plus ambitieux possible et en lien avec les revendications de la population".  Mais ne comptez pas sur eux pour lister "un catalogue La Redoute" alors que des dispositifs existants "ne sont pas même utilisés". Pour le duo, les problématiques sont connues "depuis toujours", à savoir l’emploi, l’éducation, l’environnement ou encore le pouvoir d’achat.

"L’idée en tout cas ce n’est pas de lister un ensemble de mesures qui pourraient être faites, parce qu’avec ça on est dans l’incantatoire et pas dans le concret. C’est surtout de partir des besoins du territoire et là les besoins ils sont criants et urgents", maintient Yolande Calichiama qui prend pour exemple l’absence de médecin le week-end pour délivrer les certificats de décès. "Peut-être que là le député a un rôle à jouer, c’est-à-dire d’aller comprendre en appui des différents maires de la circonscription de savoir pourquoi est-ce que ce n’est pas possible, et demain comment est-ce qu’on peut solutionner cette situation".

Autre exemple, sur le pouvoir d’achat, où des mécanismes "existent déjà" sans pour autant faire de nouvelles lois. "Il existe déjà un système et un outil législatif et juridique qui permettent de prendre des décisions maintenant. Il est déjà possible de bloquer immédiatement les prix : c’est quelque chose que l’on peut activer", assure-t-elle.

Parmi les autres grands thèmes défendus par le binôme : la question du mal-logement et la conservation du "vivre-ensemble réunionnais". Concernant le Plan logement Outre-mer, doté d’1,6 milliard d’euros, et qui n’ont pas été consommés en totalité, ils plaident tous les deux  pour une réorientation des crédits vers la rénovation de l’habitat insalubre. "L’idée c’est de partir de l’existant. Nous n’avons plus de temps à perdre à aller chercher des solutions hypothétiques ou idéologiques : on a surtout besoin d’activer les leviers les plus immédiats possibles", presse Yolande Calichiama. Sur le dernier point, Éric Leung en est certain, "ce point d'ancrage de la population réunionnaise" qu'est le vivre-ensemble participera à retrouver "aussi bien le lien démocratique que le lien avec la nation".
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article