Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La continuité territoriale suspend son vol pendant six jours

 

La continuité territoriale est remodelée à compter de ce 1er avril. La nouvelle équipe régionale entend "proposer un nouveau dispositif pour le rendre plus équitable et plus responsable. Il s’agit également d’assurer la soutenabilité budgétaire du dispositif en mobilisant les aides de l’État existantes". Voilà pour l'explication politique.

 

Dans les faits, cette nouvelle mouture s’annonce moins généreuse pour certaines catégories de public. Stéphane fait partie de ces bénéficiaires qui seront moins aidés avec cette nouvelle formule. C’est donc pour profiter d’un meilleur remboursement de son billet d’avion vers la métropole qu'il s’est renseigné auprès des agents de la continuité en cette fin mars. 

"Dès l’annonce des changements, je me suis empressé d’appeler et de prendre rendez-vous à l’antenne de Saint-Pierre pour mes billets de continuité territoriale à hauteur de 300€ et pour trois personnes", commence par narrer Stéphane.

"Au téléphone, l’agent m’informe qu’il sont « complets » et ne peut donc pas me donner de rendez-vous avant le 1er avril...", ajoute-t-il. Un premier obstacle que Stéphane décide de franchir en se rendant sur place.

A quelques jours près, 200€ au lieu de 300€ pour Stéphane et sa famille 

Muni de son dossier complet, il arrive à l’antenne de Région de Saint-Pierre le jour-même. C’est là qu’on lui explique que "depuis le 1er mars, on ne prend plus aucun dossier et qu’on a des directives d’attendre le 1er avril. On me dit aussi que les documents PDF téléchargés sur le site de la Région ne sont plus valables car la formule a changé et les nouveaux documents ne seront disponibles que le 1er avril 2022", raconte-t-il tout le déroulé. "Donc nous sommes trois personnes d’une même famille qui auraient pu bénéficier d’une aide de 300 € mais on nous demande d’attendre le 1er avril pour un montant de 200 €. C’est une pratique inadmissible de la Région Réunion", conclut-il son propos. 

Quelques subtilités juridico-administratives viennent toutefois atténuer ce coup de gueule. 

La Région infirme d’emblée l’information selon laquelle le public est invité à patienter depuis la date du 1er mars. En réalité, il y a bien eu un trou d’air mais sur une plus petite période de six jours.

Le dispositif sans cadre juridique du 18 au 25 mars

"Le dispositif antérieur a expiré lors du vote du budget le 18 mars et le nouveau dispositif est opérationnel après la prise d’effet de la délibération de la commission permanente du 25 mars", nous indique la Région. 

Entre ces deux dates, le dispositif ne reposait sur aucun cadre légal ce qui empêchait la délivrance de bons, confirme la collectivité régionale.

C'est donc à cause de cet ajustement juridique que les prises de rendez-vous arrivées après le 18 mars ont été effectivement repoussées de quelques jours, faisant au passage des demandeurs "perdants."

La Région confirme que ces demandeurs arrivés à partir du 25 mars ont donc été basculés sur la nouvelle formule de la continuité avec ses nouveaux critères d'attribution

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article