Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Crise canne : Blocage de l'usine du Gol

Mobilisés hier devant l’usine de Bois-Rouge, les planteurs maintiennent leur mouvement ce jeudi. Comme à Bois-Rouge, agriculteurs et représentants syndicaux sont postés devant l’usine de Saint-Louis suite au protocole instauré par Tereos sur le contrôle renforcé de la richesse. La demande de réunion avec l’industriel n’ayant pas abouti la veille, ils réclament une discussion sur ce point de désaccord et refusent le nouveau procédé d'échantillonnage. "Tous les syndicats rejettent en bloc cette décision prise par le président et son équipe Tereos au conseil d'administration du CTICS", fait savoir le président de la FDSEA.

 

 

“Une vérification incontestable des mesures pour les cannes longues coupées mécaniquement”

Abordant ce dispositif spécifique adapté aux planteurs utilisant la coupeuse péi dans un numéro de Canne Echo Spécial convention canne, Tereos indique qu’il est “indispensable que la mesure de la richesse des cannes récoltées par la coupeuse péi reflète la réalité de la teneur en sucre et en fibre des chargements. C’est pourquoi la Convention Canne prévoit une vérification incontestable des mesures pour les cannes longues coupées mécaniquement. Le dernier paragraphe de l’article 9 bis demandait au CTICS de mettre en place la procédure permettant de garantir la juste mesure de la richesse pour ce type de coupe. C’est ce qui a été fait lors du Conseil d’administration du CTICS du 18 juillet".

L’industriel assure que la mesure “ne concerne qu’une poignée de planteurs qui ont fait résolument le choix de ne pas respecter les règles d’une transaction loyale”. Un discours contesté par les syndicats. 
 

 

"Demain ils seront capables de faire passer un autre bien pire !"

Ces derniers déplorent la méthode employée pour valider le protocole, en leur absence, et le contenu de celui-ci qui “les fait passer pour des voleurs”, pour le président de l’UPNA. Ils invitent l’industriel à “revoir sa copie”.

En ce qui concerne la poignée de planteurs concernés, “c’est faux”, affirme Dominique Giga, qui poursuit : “Si l’on commence à changer les règles, ce n’est pas qu’une poignée de planteurs, mais tous les planteurs qui seront concernés demain”. Il est rejoint par Guillaume Sellier qui l'assure : "Si aujourd’hui ils sont capables de faire passer en force un protocole comme celui-ci, demain ils seront capables de faire passer un autre bien pire !"

Michel Moutama, président de la CGPER, absent de la mobilisation hier, a organisé ce jeudi une réunion sur la plate-forme de réception des Casernes, afin d’évoquer la situation et “la situation matérielle très difficile” dans laquelle se trouvent les adhérents de la CGPER tout en se joignant au mouvement des planteurs.

Le président des Jeunes Agriculteurs appelle par ailleurs ce matin l’ensemble des présidents de syndicats et l’ensemble des planteurs “à ne pas entrer dans le jeu de Tereos, qui cherche à tout prix à nous diviser ! “
 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article