Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sucre, énergie, rhum : Les industries portées par la canne à La Réunion

Bruno Robert est le premier vice-président de la Chambre d’agriculture. Il participe actuellement aux négociations de la convention canne 2022-2027. Il précise les demandes des agriculteurs auprès de chaque industriel qui entre en jeu dans cette filière agricole. 
 

 

La canne fournit La Réunion en sucre

La Réunion produit du sucre blanc et des sucres spéciaux. Bruno Robert rappelle que les planteurs de canne sont la “clé de voûte” de la filière et appelle l’industriel à entendre leurs revendications.

L’aide de 28 millions d’euros a été prolongée pour toute la durée de la convention. L’Etat a aussi activé la phase de sauvegarde pour protéger les sucres spéciaux. Ils ont une clause de revoyure en cas de difficulté”, constate le premier vice-président de la Chambre d’agriculture.

Les syndicats demandent une revalorisation du prix de la canne longue machine et demandent un accord autour de la rémunération de la richesse en sucre des plants récoltés.
 

Bruno Robert, premier vice-président de la Chambre d'Agriculture, fait le point sur les enjeux de la convention canne.

La canne fournit La Réunion en électricité

La bagasse est un des trois sous-produits de la canne à sucre exploités de manière industrielle. Il s’agit d’un combustible obtenu après le broyage des plants par Tereos et exploité par Albioma. Elle compte pour 9% du mix énergétique de La Réunion. 

La CRE (Commission de régulation de l’énergie) fixe le prix de la bagasse. 14,50 euros par tonne sont payés par EDF, l’argent est redistribué entre Albioma et les planteurs (2,50 euros pour les agriculteurs).

Leur hypothèse était avant la crise. Le coût du charbon à 100 euros, mais aujourd’hui il coûte 400 euros. Ce sont des coûts qui ne sont pas prêts de baisser”, assure-t-il, avant déclarer : “Si le prix de toutes les énergies augmente, ça ne peut pas être autrement pour la bagasse, on doit l’aligner sur les autres matières combustibles.

Bruno Robert, premier vice-président de la Chambre d'Agriculture, fait le point sur les négociations autour de la revalorisation de la mélasse.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article