Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Guillaume Sellier : "Tereos a enfin cédé"

Le président des Jeunes Agriculteurs 974 fait le point sur les négociations du jour qui devraient permettre d'aboutir à un accord sur la convention canne.

 

Les trois semaines de mobilisation des agriculteurs pourraient prendre fin dès demain. Les syndicats annoncent avoir obtenu des avancées importantes qui pourront permettre aux planteurs de canne de travailler "sereinement" pendant les prochaines années. Guillaume Sellier est l'un des participants aux négociations, il explique ce qu'il s'est passé durant la réunion de ce mardi 12 juillet à la préfecture.

 

Le président des Jeunes Agriculteurs 974 fait le point sur les négociations du jour qui devraient permettre à aboutir à un accord sur la convention canne.

"Tereos a enfin cédé"

"Cela n'a pas été facile mais on a trouvé un bon compromis qui sera bénéfique aux planteurs", résume Guillaume Sellier. "Tereos a fini enfin par céder. Il a fait des efforts. Il nous parlait au départ d'une enveloppe de 300.000 euros et là, quand on fait les comptes, c'est près de 4 millions d'euros qu'il met sur la table."

Le syndicaliste insiste sur l'importance de cette manne financière : "On avait besoin de cet effort pour sauver la filière."

Il assure qu'il s'agit d'une victoire pour les agriculteurs et déclare:  "Quand on fait le bilan sur ce que touchera un planteur de canne par rapport à la dernière convention, il n'y a pas photo."
 

 

Tout n'est pas fini

Les agriculteurs se rassembleront une dernière fois devant la préfecture ce mercredi matin pour une assemblée générale où les syndicats attendent le vote de la majorité des planteurs de canne pour signer la convention.

Guillaume Sellier explique que les discussions ont été menées sur la partie structurelle de la filière mais que des négociations doivent encore avoir lieu prochainement : "Il y a encore de gros sujets sur lesquels on devra encore travailler pour faire face aux aspects conjoncturels comme la hausse du prix des engrais. On ne lâche rien."
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article