Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Crise canne : Albioma renvoie les planteurs vers Tereos

La mobilisation des planteurs s'est déplacée vers la centrale d'Albioma ce jeudi matin. La société organisait une journée portes ouvertes. Les agriculteurs ont manifesté devant les grilles et ont ensuite décidé de demander une rencontre avec la direction de l'industriel. Ils ont été reçus aux alentours de 10h30. 

La délégation des planteurs est ressortie de la réunion "satisfaite". Pierre Emmanuel Thonon, co-président du Comité paritaire interprofessionnel de la canne et du sucre, explique qu'Albioma est "prêt à mettre des millions sur la table" et que des modifications doivent être apportées à la convention canne et notamment l'évaluation par Tereos de la valeur de la matière première apportée par les planteurs. 

Albioma renvoie donc les planteurs vers Tereos. La question de la technologie utilisée par l'industriel principal est remise en question.
 

 

"Albioma nous demande plus de paille. Mais quand on amène plus de paille, ça nous pénalise sur le sucre ! La sonde nous donne des résultats négatifs", explique Dominique Clain, président de l'UPNA (Unis Pour Nos Agriculteurs) avant d'ajouter : "On est capable d'emmener plus de paille, mais on ne retrouve pas la richesse à cause du mode de prélèvement réalisé dans nos chariots."
 
 

"Tereos se vante d'avoir les usines les plus performantes au monde. On est arrivé en 2022 ! On a une usine performante aujourd'hui ! On ne peut pas dire qu'on ne peut pas extraire du sucre d'une canne, avec ou sans paille ! Un outil pareil doit être capable de prendre le sucre dans cette canne", assure-t-il.

Les agriculteurs se sont mobilisés ce jeudi devant la centrale thermique d'Albioma. Une délégation a été reçue par la direction qui assure être prête à soutenir les planteurs en échange d'un changement du traitement de la production par l'usinier Tereos.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article