Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ste-Marie : Après le vote d'un budget en déséquilibre, l'heure est à la "transparence"

Dès l'entame de ce conseil municipal, Richard Nirlo et ses élus se sont livrés à un exercice "de vérité" concernant la situation financière de la collectivité, qui paie aujourd'hui le prix fort ses années d'errements financiers entre embauches illégales, indemnités faramineuses ou encore des privilèges accordés à certains. Si l'équilibre est atteint concernant la section fonctionnement (57,1 millions d'euros aussi bien en recettes qu'en dépenses), c'est la section investissement qui a plombé le budget de la commune : si les recettes sont de 22,1 millions d'euros, les dépenses elles, avoisinent les 31,3 millions d'euros, soit un déficit de 9,1 millions d'euros.

 

Après le vote du compte administratif 2021, le déficit global est arrêté de la manière suivante : -2,2 millions d'euros concernant ce CA, - 4,24 millions de restes à réaliser en dépenses d'investissement, -7,3 millions d'intégration des engagements hors bilan ou encore un dépassement de crédits de 1,77 million d'euros en dépenses courantes de fonctionnement, soit un déficit global estimé à plus de 15,67 millions d'euros. Mais après l’inscription d’une recette exceptionnelle de 4 millions d'euros de cession foncière, le déficit de la section d’investissement a été finalement ramené de 13 à 9,1 millions d'euros.

De quoi provoquer la saisie prochaine de la Chambre régionale des comptes par le préfet au vu de ce budget non-exécutoire. Pour rappel, lorsque le budget d'une collectivité territoriale n'est pas voté en équilibre réel, le préfet saisit la CRC qui le constate et propose à la collectivité territoriale dans un délai de 30 jours à compter de la saisine, les mesures nécessaires au rétablissement de l'équilibre budgétaire, en demandant au conseil municipal une nouvelle délibération. La nouvelle délibération, rectifiant le budget initial, doit intervenir dans un délai d'un mois à partir de la communication des propositions de la chambre régionale des comptes. Si la collectivité a tenu compte des remarques de la CRC, le contrôle s’arrête là.

"La gestion du budget ici c'est la Diagonale des Fous"

Cette situation n'est "pas nouvelle" pour Christian Annette, qui avait tiré la sonnette d'alarme "dès 2007". "En 2007, nous étions déjà en déficit, ça a été le déni et on a nié ça pendant 14 ans. Je trouve qu'on parle avec beaucoup de légèreté de ce déficit, avec - 9 millions d'euros on ne peut rien engager", s'inquiète l'élu de l'opposition, rappelant au passage que le déficit enregistré pour le compte administratif n'est pas une première. "La CRC le rappelle dans son rapport de 2013 pour tous les exercices entre 2006 et 2010; Aujourd'hui ce déni nous coûte très cher. Au fil des ans, on a falsifié les écritures et on a omis les factures des entreprises qui dormaient bien au chaud dans les tiroirs. On l'a enfin écrit pour la première fois", poursuit-il, se demandant au passage si les majorités qui se sont succédé depuis ces dernières années "n'étaient pas en manque d'adrénaline" : "La gestion du budget à Sainte-Marie, c'est la Diagonale des Fous".

Sa partenaire de l'opposition, Céline Sitouze, acquiesce, non sans une pique envoyée aux services de l'État. "La préfecture n'a pas fait son travail pendant 14 ans alors que les comptes présentés étaient insincères", s'emporte la vice-présidente de la Région, qui demande au maire Richard Nirlo de faire la transparence "non pas auprès des services de la préfecture mais auprès des Sainte-Mariens". "Ceux qui étaient là auparavant n'ont pas assuré le devenir de la population. Ce déficit n'est rien par rapport aux indemnités que nous devons payer", ajoute Céline Sitouze. Des critiques qui s'adressent À l'actuelle majorité, à qui elle reproche de "vendre le foncier communal pour combler ces gaspillages qui ont été faits".

Prenant compte des remarques de l'opposition, Richard Nirlo a reconnu que Christian Annette "avait dit quelque chose de vrai". "Vous avez parlé de tricher tout à l'heure, c'est vrai car ceux qui l'ont fait ne sont pas là aujourd'hui pour répondre", glisse l'édile sainte-marien, qui vise sans le citer son prédécesseur, Jean-Louis Lagourgue. Le maire de Sainte-Marie se dit prêt à "prendre à la place".  "Je suis aux responsabilités et je joue la carte de la plus grande transparence", affirme Richard Nirlo, assurant au passage que des mesures ont déjà été prises depuis plusieurs mois pour ramener un déficit estimé aux environs de 18 millions d'euros "à aujourd'hui 9 millions d'euros". "Et ça, vous ne le dîtes pas", reproche ce dernier à l'opposition.

Nirlo : "Pourquoi sommes-nous arrivés dans cette situation ? À force de raconter des histoires"

Répondant à ce dernier, Rémy Lagourgue, aujourd'hui dans l'opposition, a voulu lui aussi faire la "transparence" et donner sa vérité sur ce budget voté en déséquilibre. S'il se dit "fier" d'avoir participé aussi bien du côté de son père qu'auprès de Richard Nirlo "à la construction de Sainte-Marie", le conseiller départemental tient néanmoins à dire que ce dernier comme son prédécesseur, lui-même, mais aussi tous les élus des majorités successives, sont les "comptables de cette situation". Pour le combler, il demande au maire et à ses équipes de demander un étalonnement des dettes auprès des bailleurs sociaux, de tout faire pour intégrer le dispositif COROM mais aussi de taper aux portes du Département en tenant compte du second volet du Plan de solidarité territorial (PST 2) et de retrouver aussi "la confiance des banques".

De quoi faire sortir Richard Nirlo de ses gonds, qui n'a pas du tout goûté les dires de son ex-adjoint. "Laissez-moi rire ! C'est ça que vous n'avez pas voulu assumer", rappelle-t-il à Rémy Lagourgue pourtant poussé par la majorité de Richard Nirlo à se présenter lors des dernières municipales. "Je porterai toujours les responsabilités qui sont les miennes et non pas de celles qui m'ont été cachées", martèle Richard Nirlo. Il poursuit : "Vous parlez de remettre les banques en confiance mais pourquoi sommes-nous arrivés dans cette situation ? À force de raconter des histoires. La CRC, parlons-en ! On s'est assis sur ses rapports depuis des lustres, on n'en a pas tenu compte et aujourd'hui on vient nous donner des leçons. Je dirai la vérité aux Ste-Mariens : je serai le maire du redressement, de la transparence et de la clarté".

Face à une telle situation financière, la commune de Sainte-Marie compte sur sa très probable admission dans le dispositif COROM (Contrat de redressement en Outre-Mer), à l'instar de la ville de Saint-Benoit en 2021 pour résorber une bonne partie de son déficit. "Je pense qu'après les présidentielles, nous mettrons ce dossier sur la table avec la préfecture pour pouvoir nous accompagner sur ce dispositif", explique James Clain, l'adjoint en charge des finances. "Sainte-Marie est une commune qui est dynamique, ambitieuse et qui a mis plein de projets en place. Nous avons des taxes qui rentrent, plus de 40 millions d'euros cette année, ce qui n'est pas négligeable. C'est vrai que 9 millions c'est beaucoup, mais nous allons mettre en place des points d'action pour pouvoir résorber ce déficit en deux ans. Et le maire l'a dit, il n'y aura pas d'augmentation de taxes supplémentaires. C'est dépenser moins et mieux", termine l'élu.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article