Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

[EN DIRECT] L'Otan n'interviendra pas dans le pays : Ukraine : au 22ème jour de guerre l'offensive de Poutine ne faiblit pas

22ème jour de guerre en Ukraine

Cela fait désormais 22 jours que la Russie a envahi l'Ukraine , 22 jours de bombardements incessants sur plusieurs villes qui poussent la population à quitter le pays. Plus de trois millions de personnes ont quitté l'Ukraine en presque trois semaines de guerre, un bilan qui ne cesse de s'allourdir au fil des jours.

L'Otan l'a annoncé ce mercredi, aucune force militaire terrestre et aérienne ne sera déployée en Ukraine. En revanche des moyens seront mobilisés sur le flanc oriental du pays. La Cour de justice internationale (CIJ) a ordonné ce mercredi à la Russie de suspendre son invasion de l'Ukraine. Cette décision entre dans le cadre d'une procédure d'urgence déclenchée par l'Ukraine.

Les tirs russes contre plusieurs villes se sont intensifiés, et les villes de Kharkiv (nord-est) et Marioupol (sud-est) sont ainsi bombardées sans répit. Voici un point de la situation établi à partir d'éléments des journalistes de l'AFP sur place et de services d'urgence, ainsi que de déclarations officielles ukrainiennes et russes, de sources occidentales, d'analystes et d'organisations internationales.

- Kiev et le Nord -

Les forces russes tentent toujours d'encercler Kiev, qui est sous couvre-feu depuis mardi 20H00 (18H00 GMT) et ce jusqu'à jeudi 07H00 (05H00 GMT). Plusieurs explosions ont à nouveau été entendues à l'aube mercredi, a constaté l'AFP. D'épaisses colonnes de fumée noire s'élevaient peu après au-dessus de la ville, comme la veille, quand plusieurs frappes russes avaient touché des immeubles d'habitation, faisant au moins quatre morts.

Les autorités locales n'ont fourni aucun bilan ni précisions dans l'immédiat. Kharkiv (nord), deuxième ville d'Ukraine, est entourée par les forces russes sur plusieurs côtés et les grands axes, mais n'est pas encerclée. Des combats font aussi rage dans cette ville.

- L'Est -

La ville de Zaporojie, largement épargnée jusqu'ici par l'offensive russe, a été visée par des frappes mercredi, notamment l'une de ses gares, selon les autorités locales. "Des sites civils de Zaporojie ont été bombardés pour la première fois", a indiqué sur Telegram le gouverneur régional Olexandre Staroukh. Zaporojie est la destination du couloir humanitaire pour les centaines de milliers d'habitants de la ville portuaire de Marioupol, assiégée par les forces russes.

- Le Sud -

Les soldats russes tentent toujours de prendre Marioupol, ville portuaire stratégique sur la mer d'Azov, assiégée depuis des jours. Située à environ 55 kilomètres de la frontière russe et à 85 kilomètres du fief séparatiste de Donetsk, c'est la plus grande ville encore aux mains de Kiev dans le bassin du Donbass.

La prise par Moscou de Marioupol serait un important tournant dans l'invasion de l'Ukraine. Elle permettrait de faire complètement la jonction entre les forces russes venues de la Crimée annexée, qui ont déjà pris les ports de Berdiansk et Kherson, et les troupes séparatistes et russes dans le Donbass.

- L'Ouest et le Centre -

Après des frappes sur une base militaire proche de la Pologne dimanche, une frappe lundi contre une tour de télévision près de Rivne (nord-ouest) a fait 19 morts, selon les autorités locales mardi.

- Bilan humain -

Aucun bilan précis n'était disponible dans l'immédiat. "Environ 1.300" militaires ukrainiens ont été tués depuis le début de l'invasion russe le 24 février, a déclaré samedi le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

L'Ukraine affirme que l'armée russe, elle, a perdu "environ 12.000 hommes". Moscou a annoncé le 2 mars un seul et unique bilan (498 soldats tués). Le Pentagone a fourni pour sa part une estimation de 2.000 à 4.000 morts russes en 14 jours. Au moins 636 civils, dont une cinquantaine d'enfants, ont été tués en Ukraine et plus de 1.100 blessés, d'après le dernier décompte de l'ONU, qui souligne que ses bilans sont probablement très inférieurs à la réalité. La municipalité de Marioupol affirme que près de 2.200 habitants ont péri dans cette seule ville.

- Réfugiés et déplacés -

En presque trois semaines de guerre, plus de trois millions de personnes ont fui l'Ukraine, majoritairement vers la Pologne, d'après l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Dont 1,4 million d'enfants, soit "pratiquement un enfant par seconde", selon l'Unicef.

- Rétablissement de l'électricité à Tchernobyl -

La Biélorussie assurerait l'apport énergétique de la centrale nucléaire de Tchernobyl. C'est ce qu'a affirmé les autorités bélarusses de la région de Gomel. L'alimentation électrique du site nucléaire, situé à la frontière avec le Bélarus avait été coupée une première fois la semaine dernière et rétablie dimanche" rapporte BFMTV.

Ce mardi Moscou a évoqué un "compromis" possible pour la neutralité de l'Ukraine, Kiev l'a refusé.  Selon Dmitri Peskov, porte-parole de la présidence russe, la neutralité de l'Ukraine, au même titre que la Suède ou l'Autriche, est actuellement sur la table. "C'est en effet l’option qui est discutée actuellement et qui peut être considérée comme celle d'un compromis", a affirmé Moscou. L'Ukraine a annoncé plus tard avoir rejeté ce modèle de neutralité. "L'Ukraine est maintenant en état de guerre directe avec la Russie. Par conséquent, le modèle ne peut qu'être ukrainien", selon Mykhaïlo Podoliak, l'un des négociateurs ukrainiens.

- Enième santion occidentale pour la Russie -

Ce mercredi le Conseil de l’Europe a décidé d’exclure la Russie. Le Conseil de l’Europe est une organisation garante de l’état de droit sur le continent européen. Cette décision intervient alors que Moscou avait décidé d’enclencher la procédure de sortie de l’institution. Le drapeau russe a été retiré du siège de l’institution.

- Un plan de "Résilience" pour les entreprises française -

Le Premier ministre Jean Castex a présenté le plan "Résilience" du gouvernement mis en place pour venir en aide aux entreprises et secteurs les plus touchés par les conséquences de la guerre en Ukraine. " La France reste totalement mobilisée pour poursuivre le dialogue et essayer par tous les moyens de ramener la paix. Mais nous devons regarder la réalité en face" a alerté Jean Castex. Au programme du plan "Résilience" :

• Augmentation de 35% du plafond du prêt garanti par l'Etat
•  Report des charges fiscales et sociales dont l'accès sera facilité pour les entreprises mises en difficultés par l'augmetnaiton des prix de l'energie ou des pertes de débouchés liées à l'exportation
• Recours à l'acitivté partielle, prolongation de l'APLD de 12 mois supplémentaire. L'Etat accompagnera les branches et entreprises qui n'ont pas encore signer des accords et qui pourront le faire jusqu'à la fin de l'année 2022.
•  Remise de 35 centimes/ L pour les pêcheurs jusqu’au 31 juillet
•  Un fonds de 400 millions d’euros pour les éleveurs pour compenser les pertes dues au coût de l’alimentation
• Augmentation de +1.000 euros sur MaPrimeRénov’ pour l’installation de chauffage qui permet de sortir du gaz ou du fioul. Cette aide entrera en vigueur dès le 15 avril et jusqu’à fin 2022

D'autres aides entreront en vigueur pour les secteurs du BTP et du trasport, à qui "le gouvernement va apporter une réponse concrète et rapide avec le plan Résilience" a annoncé Jean Castex

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article